Il te fera grâce quand tu crieras, dès qu’il aura entendu, il te répondra. Ésaïe 30: 19

La religion nous présente souvent Dieu comme celui qui châtie, celui qui juge et le religieux tente tant bien que mal de fuir le péché par peur du châtiment ou du jugement. Et si nous délaissions le péché non pas pour éviter une éventuelle punition mais par amour pour le Dieu Saint? Et si nous regardions Dieu pour qui il est vraiment? Un Père aimant. Quel Père n’accorde pas à son enfant ce qu’il lui demande?

Si méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.” Matthieu 7:11

Cette dimension d’exaucement s’atteint lorsque nous considérons Dieu comme un Père. Cela implique d’avoir l’humilité, la simplicité et l’obéissance de l’enfant.

1. Humilité

Cependant l’Éternel n’attend que le moment de vous faire grâce. Esaïe 30:18

Il te fera grâce quand tu crieras, dès qu’il aura entendu, il te répondra. Esaïe 30: 19

Dieu veut nous exaucer. Dieu veut nous faire grâce. Mais notre orgueil et notre cœur endurci l’empêchent d’intervenir.

Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. Jacques 4:6

Être humble c’est être conscient de ses limites, de ses faiblesses, de son état de pécheur. Et bien souvent il nous faut passer par des situations difficiles pour le réaliser.

Prenons l’exemple du Fils Prodigue dont l’orgueil l’a poussé à quitter la maison de son père. Ce même orgueil l’a poussé à dilapider ses biens. Et alors qu’il avait tout perdu, l’humilité et la repentance l’ont reconduit chez son père et rétabli dans une situation même meilleure qu’auparavant.

Voilà ce que Dieu veut pour nous. Que nous prenions conscience de notre état, que nous revenions à lui, ainsi les conditions seront réunies pour qu’il nous manifeste son pardon et sa grâce. Notre Père n’attend que le moment de nous faire grâce.

Ayons donc l’humilité d’un enfant auprès de notre Père.

C’est pourquoi, celui qui se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. Matthieu 18:4

2. Simplicité

Une autre caractéristique de l’enfant, c’est sa simplicité. Être simple c’est être sincère, spontané, sans artifices… et nous savons combien la religion nous éloigne de cette simplicité. Rituels, traditions, pratiques, règles, coutumes sont tout autant de détours ayant pour but d’accéder à la faveur divine et à l’exaucement, alors que Dieu, le Père, se laisse approcher en toute simplicité.

« Laissez venir à moi… », « Venez à moi… » Combien de fois Dieu nous invite à nous approcher de lui en toute simplicité.

Cette simplicité, David l’avait développée de telle sorte qu’il avait une pleine confiance en Dieu le Père.

Éternel! je n’ai ni un cœur qui s’enfle, ni des regards hautains; Je ne m’occupe pas de choses trop grandes et trop relevées pour moi. Loin de là, j’ai l’âme calme et tranquille, Comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère; J’ai l’âme comme un enfant sevré. Ps 131:1 et 2

Le calme et la tranquillité sont le signe que nous avons confiance en notre Père tandis que notre agitation démontre notre manque de foi. David était si simple qu’il refusa tous les artifices que Saül lui proposait et c’est sans armure, sans armes et muni d’une simple fronde, qu’il obtint victoire.

Trop souvent nous habillons nos prières d’artifices et manquons de sincérité tandis que Dieu veut nous exaucer en toute simplicité.

En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Matthieu 6:7

3. Obéissance

Ce ne sont pas nos longues prières et nos jeûnes répétés qui nous rapprochent de Dieu, mais c’est l’état de notre cœur. Et l’état de notre cœur se révèle dans notre obéissance. Obéir, c’est se conformer à la volonté de quelqu’un. Un parent aura davantage le cœur à répondre aux requêtes d’un enfant obéissant, plutôt qu’aux demandes d’un enfant rebelle.

Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui là qu’il exauce. Jean 9:31

Voyons l’obéissance de Corneille dans Actes des Apôtres chapitre 10.

Il y avait à Césarée un homme nommé Corneille, centenier dans la cohorte dite italienne. Cet homme était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement. Actes 10:1 et 2

Corneille, ta prière a été exaucée, et Dieu s’est souvenu de tes aumônes. Actes 10:31

Sa bonté et sa libéralité étaient le signe de l’obéissance de Corneille.

Parce que Jésus était ce Fils obéissant qui se conformait à la volonté du Père, il pouvait dire « Je sais que tu m’exauces toujours ». (Jean 11:42)

Notre désobéissance nous éloigne de Dieu. Comme le fils prodigue, repentons-nous et revenons auprès du Père.

Non, la main de l’Éternel n’est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter. Esaïe 59:1-2

En conclusion,

Dès sa naissance, l’enfant qui appelle ses parents reçoit une réponse de leur part. Il est grand temps de développer cette relation Père-enfant avec Dieu, en toute humilité, avec simplicité et dans l’obéissance.  De plus, quand un enfant est en difficulté, les premières personnes à qui il s’adresse sont ses parents. En cas de problème, vers qui nous tournons-nous ? Où cherchons-nous notre exaucement ?

Je fais appel à toi, lorsque je suis dans la détresse car tu m’exauces Psaume 86:7

Dans la même catégorie: